José Manuel Egea Caceres

Jose Manuel Egea

Nous avons interviewé José Manuel Egea Caceres.

José Manuel Egea Caceres est 8 fois Champion du Monde de Karaté dans sa modalité kumité, 12 fois Champion d’Europe, 14 fois Champion d’Espagne. Il a les meilleurs Palmarés dans l’histoire du sport de karaté, médaille d’or de l’Ordre Royal du Mérite Sportif et 7 National Sports Awards. José Manuel Egea est Karaté.  
José Manuel Egea
José Manuel Egea
  Kimonosport: Jose, comment commencer en karaté ? Egea: Je commence à l’âge de 9 ou 10 ans. Dans un nasman de gym dans le quartier de Carabanchel appelé Bushido. Mon professeur était Jose Manuel Pérez Alcaide, entraîneur national national de Kumité dans les années 88 et 92. J’ai aussi beaucoup de temps avec Maître Ishimi. J’ai eu d’autres professeurs au fil du temps. J’ai eu un moment où Antonio Oliva m’a appelé, même si je n’étais pas dans l’équipe nationale avec lui, il m’a seulement essayé, parce que j’étais très jeune. J’étais aussi avec Jésus Chauve. L’entraîneur suivant était Juan Pedro Calvina, ancien capitaine de l’équipe nationale espagnole. Juan Manuel Pérez Alcaide et Jose Maria Martin étaient entraîneurs et Mabuni alias S.  
  Kimonosport: Qui vous a soutenu au fil du temps? Egea: Ma famille principalement. Mon frère Paco depuis que nous avons partagé beaucoup de temps dans l’équipe nationale espagnole. Mes copains de gym comme Manolo Galon, Paco Manzano, Jerânimo Cejas, etc. tous les grands champions avec mon frère Paco. Ce sont certainement eux qui m’ont fait monter de niveau. Nous étions à moitié une équipe nationale dans le même gymnase. Nous avons fait un grand groupe. Mes entraîneurs m’ont aussi fait confiance. Peut-être que je suis né pour ça aussi. J’ai été très bon dans ce domaines, toujours depuis que je suis une petite fille, même si j’ai aussi beaucoup formé et essayé d’apprendre de partout dans le monde.  

“Je pense que nous pouvons les battre”

  Kimonosport : Après avoir remporté votre première Coupe du monde, votre vie a-t-elle changé d’une manière ou d’une autre ? Egea: ouais. C’est alors que j’ai pensé que je pourrais aller de l’avant avec le monde de la compétition. Ma première Coupe du monde a eu quand j’étais junior. En tant que junior, j’ai été Champion du Monde Absolu. Quand je suis arrivé à la chambre de l’hôtel, après avoir remporté les champions de JKA, l’Open, etc… Je me suis regardé dans le miroir et je me suis demandé, comment ai-je gagné ces gens? J’ai vu à la Coupe du monde des années 80 en Espagne, que j’étais un enfant, avec mon frère Paco et Galon, etc… quand Billy Blanch a remporté l’Américain … qui se sont battus mieux que ceux-ci. “Je pense que nous pouvons les battre.” Ils diraient, “mais si ce sont des hommes de 30 ans”, et j’ai convaincu que nous nous sommes mieux battus. Il a longtemps été Champion d’Europe Junior, Senior Champion d’Europe et Champion du Monde Absolu. Nous avons vu que nous avions beaucoup de possibilités. Nos références ont été les premières, ceux qui ont été champions du monde en l’an 80, Manzano, Damion Gonzalez, Marton Tamillo, CalVila, les frères Torres, Felipe Hita. C’était notre référence. Puis, à l’époque, j’ai concouru avec eux. Je faisais partie de l’équipe nationale avec eux et j’ai eu l’occasion d’apprendre beaucoup. C’était une séance d’entraînement très difficile, contrairement à maintenant. Il est plus athlétique maintenant. L’entraînement du dernier était plus un mélange de Karatédo, martial et sport. Sans doute à cause des circonstances du moment et des règlements. J’ai aussi passé un peu de temps à m’entraîner avec Dominique Valera, grand professeur et ami. Quand j’étais en compétition, il y avait un dossier de licences. Il y avait un boom des arts martiaux en Espagne. Espérons que maintenant avec les Jeux Olympiques le karaté continuera d’augmenter, au moins avec la partie Katas que nous sommes très forts. Je pense qu’on le mérite.  
  Kimonosport: Vous êtes-vous senti soutenu et valorisé en Espagne ? Egea: Eh bien, il y a des moments que tu fais et des moments que tu ne fais pas. Lorsque vous êtes en compétition, vous vous regardez d’abord, et quand vous allez bien, c’est là que vous pouvez aider les autres. Cela s’est souvent produit en équipe nationale. Élever le drapeau de votre pays par équipes est l’ultime. Mais d’abord, vous devez être préparé individuellement. Lorsque vous êtes individuellement préparé, si 5, 5 individualités puissantes sont faites une meilleure équipe sur l’équipe. Travailler c’est très important. Souvent des représentants fédérateurs, des dirigeants nationaux ou internationaux, qui demandent, entendez-vous combien de mondes vous avez? … 3, 8 ou 4??. Puisse un représentant officiel de votre pays qui ne sait pas combien de mondes ont la plus grande référence pour votre pays comme je l’ai été, parce qu’il ne peut pas l’être. Nadal, étant une référence mondiale de tennis, ne peut pas être que sa fédération ne sait pas combien de fois il a remporté le Roland Garrs. Ne dites pas à votre fédération combien de fois vous avez gagné une Coupe d’Europe ou une Coupe du Monde parce que cela ne crée pas de traumatisme, mais presque. Dans toute Coupe du Monde qui a eu lieu en Espagne, j’ai été invité comme une référence, ni une mention spéciale. Peut-être que dans un autre pays, ce serait autre chose, je serais sûrement appelé comme conseiller ou comme conseiller de sages. Vous pourriez être apprécié en tant que compétiteur, en tant qu’entraîneur, etc… Il y a eu de très grands concurrents en Espagne qui n’ont pas été pris en compte. Peut-être que la né gligence vous a fait ignorer ces grands. Les grandes références d’autres pays ont leur reconnaissance dans les championnats, les billets VIPS pour les événements. Nous devons prendre soin des grands concurrents, de la carrière et des personnes fondamentales pour que la fédération monte. J’ai été dans des mondes qui ont dû payer pour le billet. Donc, je m’en fous, mais dans d’autres fédérations, j’ai été reconnu et donné un laissez-passer VIP, pas ici. Il manque peut-être quelque chose. Nous allons beaucoup mieux et je ne suis pas beaucoup à flatter, je suis déjà encouragé par moi-même, mais un peu de reconnaissance ne va pas mal.  
  Kimonosport: Que pensez-vous de la formation actuelle par rapport à l’ancien? Egea: Le travail psychologique (TP) doit toujours l’être. Autrefois, le TP était un peu différent. Nous avons fait un travail de contact plus fort. Le TP essayait de vous préparer à la pensée de “Je dois frapper quelqu’un de fort parce que ça me fait mal.” Le travail était très important. Il y a une erreur généralisée et c’est que tP n’est faite que lorsque vous allez être compétitif à l’échelle internationale. Le travail doit être fait tout le temps. Il doit être toujours présent à votre entraînement quotidien. TP est de former les techniques jusqu’à ce qu’il soit exausto. Vous devez faire des efforts de contact physique pour savoir ce qu’est la dureté et de savoir comment résister au rythme de l’entraînement. Orienté pour quand vous perdez, ou pour quand vous gagnez et vous n’obtenez pas le marasme après. Ne pensez pas qu’en remportant un championnat, vous êtes le Roi. Dans la vie de tous les jours, vous devez faire ce travail. Lorsque vous êtes en compétition, la chose la plus importante est de savoir que vous devez rivaliser avec vous-même. Quand vous êtes exausto à l’entraînement, c’est quand vous devez serrer et aller de l’avant un peu plus. Quand vous voyez une chose qui fait mal, vous devez tenir bon et prendre la formation un peu plus loin. parce qu’en compétition ça va être comme ça. Il y a des combats que j’ai gagnés avant de commencer, parce que psychologiquement j’étais plus fort. La façon dont vous me regardez, la façon dont vous agissez, tout … Lorsque vous vous entraîniez ou que vous participiez à des compétitions dans le bon vieux temps, vous voyiez qui était le plus préparé psychologiquement. Peut-être qu’un concurrent n’avait pas beaucoup de facultés, mais psychologiquement on pouvait voir qu’il était très fort. Détruire psychologiquement ses adeversarios. Il arrive un moment où tout le monde lève la jambe tout aussi haut ou tout aussi vite et la différence est marquée par la psychologie.  

S)

Championnats du Monde Par équipes: 1984 Médaille de Bronze-Hollande Médaille de Bronze 1988-Egypte Médaille de Bronze 1990-Mexique Médaille d’Or-Granada 1992 el individuo, la individua: 1986 Médaille de Bronze-Australie 1986 Médaille de bronze Open-Australie Médaille de Bronze 1988-Egypte Open-Egypt Gold Medal 1988 Médaille d’Or-Mexique 1990 Médaille d’Or-Granada 1992 Coupes du monde el individuo, la individua: Médaille d’or 1985 -Hongrie Médaille d’or 1987 -Hongrie Médaille d’or -Hongrie 1989 Championnats du monde juniors Par équipes: 1983 Médaille d’or-Belgique Médaille d’argent-Italie 1984 Médaille d’Or-Espagne 1985 el individuo, la individua: 1983 Médaille d’or-Belgique Médaille d’argent-Espagne 1985 Championnats du monde seniors Par équipes: Médaille bronze-norvège 1985 Médaille d’Or-Espagne 1986 1990 Médaille d’argent-Autriche Médaille d’Or-Allemagne 1991 1992 Médaille de Bronze- Hollande el individuo, la individua: 1983 Open-Espagne Médaille d’or Médaille de bronze 1984 -France Médaille d’Or-Norvège 1985 Médaille d’Or-Espa-a 1986 Médaille d’Or-Ecosse 1987 Médaille d’or 1988 – Italie 1988 Open-Italie Médaille d’argent Médaille d’or 1989 -Yougoslavie 1990 Médaille d’or-Autriche Autres championnats d’intérêt Open du Japon: Médaille d’or Open de Paris: Médaille d’or US Open: Médaille d’or Madrid Open Villa: Médaille d’Or     Sources: Kimonosport   Découvrez notre magasin d’arts martiaux: Magasin d’arts martiaux Kimonosport-web s.l.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Acepto la política de privacidad